La Vallée du Rhône en tant que région productrice, c’est : 27 appellations, 27 cépages cultivés sur 71 014 hectares, et environ 2,5 millions d’hectolitres de vin récoltés chaque année.

Zoom sur le second vignoble d’AOC français derrière Bordeaux.

 

Les 2 Vallées du Rhône : septentrionale et méridionale

La Vallée du Rhône est le deuxième vignoble le plus vaste après celui du Bordelais, s’étend sur 6 départements et 71 014 hectares de vignes.

La spécificité de la Vallée du Rhône, traversée par le Rhône qui borde les vignes, est qu’elle se distingue par deux grands secteurs : la Vallée du Rhône septentrionale, de Vienne à Valence, au nord, et la Vallée du Rhône méridionale, de Montélimar à Avignon, au sud. D’autres secteurs plus éloignés du Rhône se rattachent à la région viticole, tels que Vivarais, Luberon, ou Diois.

Source : Grandsvins-prives.com

Une majorité de vins rouges aux arômes épicés

On trouve dans la Vallée du Rhône toute la palette des vins, des rouges, des blancs et des rosés, mais aussi des blancs secs ou mousseux ou vins doux naturels. Mais le vignoble présente une dominante de vins rouges à 80%, parmi lesquels figurent des appellations dans les plus remarquables de France.

Les AOC de renommée de la région :

-Vallée du Rhône septentrionale : Côte-Rôtie, Hermitage, Crozes-Hermitage, Saint-Joseph,…

-Vallée du Rhône méridionale : Côtes du Rhône, Châteauneuf-du-Pape, Tavel,…

Les principaux cépages qui constituent les vins rouges du Rhône sont la syrah et le grenache, typiques des climats chauds et secs, et qui expliquent des arômes principalement épicés dans ces vins. Mais on retrouve aussi toute une variété d’autres cépages : mourvèdre, cinsault et carignan pour les rouges ; viognier, roussanne, marsanne ou encore clairette blanche pour les blancs.

Un rôle majeur dans la naissance des AOC

La Vallée du Rhône est un des vignobles les plus anciens, qui a joué un rôle actif dans la naissance des AOC.

Dans les années 1930, le Baron Le Roy, vigneron à Châteauneuf du Pape, travaille à faire reconnaître les caractéristiques de l’appellation, et obtient en 1933 la dénomination de l’Appellation d’Origine Contrôlée. Le cahier des charges présenté constituera par la suite le modèle de tous les autres AOC : délimitation de l’aire d’appellation, cépages, méthodes de culture, vendange,…

%d bloggers like this: