Fillette, Balthazar, Melchior, … tant d’appellations qui ont un point commun : elles permettent d’identifier différents formats de bouteilles. Ouvrir une bouteille de vin, c’est un mélange de plaisir et de savoir-faire, et la plupart du temps, cela se réalise sur la classique 75cl. Et pourtant, il existe d’autres formes de contenance. 

Petit tour d’horizon.

De piccolo à Melchior, moyen mnémotechnique pour les retenir

La taille standard internationale est la bouteille de 75cl,  mais les grandes régions viticoles proposent d’autres standards.

 Les contenances de bouteille vont de Piccolo, pour 0,2 litres, à Melchior, pour 18 litres. Et il existe une règle mnémotechnique permettant de retenir les 11 formats situés entre le Piccolo et le Melchior, dans l’ordre croissant de contenance (excepté le litre, qui correspond logiquement à 1l) : « Car de bon matin je remarquais mal sa banalité naturelle ».

 Ce qui correspond, dans l’ordre, à :

 

 

 

 

 

 

 

Les Maisons de champagne : quand le Melchior ne suffit plus

Bien que la plus grosse contenance soit le Melchior, certaines maisons de champagne vont plus loin, et proposent des Souverain (26,35 l), Primat (27 l) et Melchizédec (30 l).

Un lien entre contenance et garde

Plus le contenant est large, plus longue sera la durée de vie du vin : une demi-bouteille de vin évoluera plus vite qu’une bouteille, et une bouteille plus vite qu’un magnum. C’est pour cela que sur un millésime âgé, il sera plus judicieux de proposer un grand contenant.

Cela provient du goulot. Le magnum par exemple, est certes deux fois plus large que la bouteille classique, mais l’ouverture du goulot est la même. Cette ouverture du goulot est donc plus restreinte sur un grand contenant, et limite l’aération de la bouteille.

 

 

 

 

%d bloggers like this: